dimanche 14 juin 2015

Quand l'islamisation d'un pays provoque le départ de ses citoyens

Beaucoup des migrants qui traversent actuellement la France et notamment Paris proviennent principalement d'Érythrée et du Sud-Soudan. Lorsqu'on s'intéresse aux raisons qui les poussent à quitter leur pays, on découvre à chaque fois qu'ils fuient l'islam et la guerre civile qui découle de l'islamisation d'un pays. En effet cette religion politique est anti-démocratique et vise à l'élimination de tout ce qui n'est pas islamique (c'est dans le coran).

je suis exilé

L'Islam est un rejet absolu de concepts comme la liberté, la démocratie et les droits de l'homme, bien qu'il soit rare qu'un Musulman le reconnaisse et tente le plus souvent de créer une image différente. Lire la suite ici !


Film historique et documentaire "LA VALISE OU LE CERCUEIL"

Le gouvernement de De Gaulle a trahi les français d'Algérie tout comme nos gouvernements actuels trahissent le peuple français. Nous avons un devoir de vérité envers les pieds noirs, les harkis, l'OAS et tous ceux qui ont œuvré pour sauver l'Algérie du FLN et autres terroristes islamistes.

A lire : Algérie, j’écris ton nom ! 
A voir : Paroles de Pieds Noirs 

Perte de l'Algérie française du fait de l'islamisation :
La France avait construit des routes, des ponts, des écoles, des industries en Algérie, là ou il n'y avait rien. Le Front islamique du salut (FIS) (الجبهة الإسلامية للإنقاذ, al-Jabhah al-Islāmiyah lil-Inqādh) est né en février 19891. C'était une formation politique algérienne militant pour la création d'un État islamique. 
Ce mouvement est fondé le 18 février 1989 dans la mosquée al-Sunna de Bab El-Oued à Alger, par plusieurs personnalités influentes du courant islamiste algérien. Au sein de cette mosquée, sont réunis les principaux fondateurs du FIS : Abassi Madani, Ali Benhadj, Hachemi Sahnouni, Saïd Makhloufi, Abdelkader Hachani et également Benazouz Zebda. Le FIS est tout d'abord cantonné à certains milieux universitaires. Puis, le mouvement islamique élabore une stratégie avec comme corollaire, la conquête du pouvoir, avec l'instauration d'un État islamique et l'application de la charia. Pour ce faire, il eut recours à des actions de bienfaisance et de lutte contre la pauvreté et les autres dysfonctionnements de la société.

Le 10 mars 1989, le porte parole de l'organisation, Abassi Madani, fait sortir de la clandestinité le FIS, en déclarant officiellement sa naissance, à la mosquée de Kouba.

Le 16 septembre 1989, le parti obtient l’agrément du ministère de l'Intérieur.
Plusieurs études ont souligné le rôle du financement extérieur du FIS, mais aussi d'autres groupes religieux. Le fort soutien financier est par l'Arabie saoudite en 1980 afin de contrer la Révolution iranienne et en limiter ses conséquences.

pieds-noirs

1 million de Pieds-Noirs durent quitter l'Algérie pour s'installer en France 
Le nom de « Pieds-Noirs » désigne de manière familière les Français originaires d'Algérie, et par extension les Français de souche européenne installés en Afrique française du Nord jusqu'à l'indépendance, c'est-à-dire : jusqu'en mars 1956, pour les protectorats français de Tunisie et du Maroc ; jusqu'en juillet 1962 pour l'Algérie française et ceux restés en Algérie après l’indépendance.
Parmi les rapatriés d'Algérie, qui étaient tous de nationalité française, sont englobés la majorité des « Européens » et des juifs séfarades et un nombre limité de « musulmans » (arabes et berbères), plus souvent désignés par le terme générique de harkis, c'est-à-dire ceux des militaires, anciens supplétifs de l'armée française, et leurs familles qui ont pu trouver asile en métropole.


HYMNE PIED NOIR

À la fin de l’année 1960, le FLN commence à se fondre dans la population musulmane d’Oran (220 000 personnes) et, durant l'été 1961, l’OAS fait de même dans la population européenne (213 000 personnes). Dans une ville où le terrorisme avait été relativement contenu, cette double infiltration provoque un déferlement de violence. Aux attentats FLN (à partir de février 1961) répliquent ceux de l’OAS (à partir d’août 1961). Les attentats — facilités par le fait que les populations sont bien plus mêlées que, par exemple, celles d’Alger — dressent les habitants les uns contre les autres (11 septembre 1961). Chacun voit désormais dans l’autre un possible complice des terroristes adverses. Confrontées à un sanglant chaos, les autorités sont conduites à séparer les deux communautés, ce qui a des conséquences dramatiques pour les nombreux musulmans travaillant dans les quartiers européens. Et la ville, où s’affrontent FLN, OAS, « barbouzes » et forces de l’ordre françaises, va rester un champ de bataille jusqu’à l’été 1962, les habitants musulmans et européens payant au prix fort des stratégies de terreur, de contre-terreur ou de répression.

Algérie

L'exode des Pieds-Noirs ou rapatriement des Français d'Algérie suivant l'appellation du gouvernement français, désigne les vagues successives de migration de la communauté pied-noir des départements français d'Algérie vers la France métropolitaine (et tout particulièrement la "vague" massive d'avril à juillet 1962) à la fin de la guerre d'Algérie qui a débouché sur l'indépendance de l'ancienne colonie de peuplement, composée de départements français de 1848 à 1962. Plusieurs générations de pieds-noirs, dits « Européens d'Algérie », ont vécu en Algérie française de 1830 à 1962. Les Juifs d'Algérie étant présents dans le territoire par plusieurs migrations d'une période allant de l'Antiquité au XVIIe siècle.
Il n'existe pas de recensement officiel en matière de religion en Algérie. Il est estimé que l'islam est la religion de 98 à 99 % des Algériens. L'État algérien en a fait la religion d'État. Le droit à la liberté de conscience et d'opinion sont inscrits dans la constitution algérienne qui ne mentionne pas la liberté religieuse. Cependant, d'autres lois garantissent aux non-musulmans de pratiquer leurs rites religieux, dans les limites de certaines réglementations et une loi de 2006 interdit le prosélytisme - visant des musulmans et ayant pour but leur conversion à un autre culte - et la pratique d'autres cultes en dehors des édifices religieux autorisés.

Source : Wikipédia.


La Guerre d'Algérie, le coup d'état des généraux, l'OAS, l'exode

Avant l'intervention de la France, l'Algérie était un repère de pirates aux mains des turcs qui faisaient notamment le commerce d'esclaves européennes.
La France lui a donné son nom "Algérie", ses routes, ses ponts, ses écoles, ses hôpitaux, lui ont laissé sa langue, ses traditions, sa religion.
Il a suffit d'une minorité d'islamistes fanatiques pour soulever la population musulmane tuant les chrétiens et les musulmans qui s'étaient alliés à eux et mettre l'Algérie à feu et à sang.
Aujourd'hui l'Algérie est une dictature islamiste qui n'a rien à voir avec son glorieux et insouciant passé français.
La démocratie est fragile, nous ne pouvons accepter qu'une religion politique nous prive de notre bien le plus précieux.

Lorsque plus de la moitié de la population d'un pays devient musulmane, une guerre civile éclate et l'islam finit toujours par s'imposer entrainant l'exode des non-musulmans. Parfois le pays est coupé en 2 avec un côté musulman et un côté non-musulman. Cela pourrait être le scénario de ce qui se passera en France ainsi que le décrit le livre "2023 Le mur".


le mur
En 2090 la France est divisée en deux parties. Depuis soixante-sept ans, un Mur de 700 kilomètres, allant de Rochefort-sur-Mer à Briançon, haut de 7 mètres, sépare le Sud, devenu une République Islamique, et le Nord, redevenu un véritable Etat Laïque, où l'islam est proscrit. La justice du Sud est rendue par les hommes au nom de Dieu alors qu'au Nord le Juge ne sert plus qu'à lire les verdicts réputés infaillibles prononcés par « La Machine à Juger ». Mais celle-ci tombe en panne et l'avocat Gaétan Suchet, à l'occasion d'un procès qui s'annonçait insipide, se retrouve malgré lui au coeur d'un complot qui le mènera jusqu'en France du Sud, sur les traces de ses origines. Car soixante-huit ans plus tôt, son père était recueilli non loin de Nice par un homme qui fuyait la guerre civile qui faisait rage sur la côte d'Azur comme dans tout l'Hexagone. Un conflit de civilisation qui fit 500.000 morts et dont l'issue fut la grande scission de 2023, et son Mur. Ce livre raconte ces deux histoires.

Olivier Arnaubec est avocat. Il exerce à Nice.


Un roman qui nous propulse dans le futur. Peut-être un futur pas si lointain que ça, j'en ai l'eau à la bouche. Non pas que je rêve d'une France coupée en deux, mais parce que je l'imagine très bien avec une capitale islamique pour le sud islamique de la France Marseille et une capitale pour le nord non-islamique Paris. Sans doute le bestseller de l'été 2015. Thierry cumps

A lire : La liberté d'expression a désormais ses limites en France tout comme dans les pays islamistes

L'islam en quelques vidéos :



Wafa Sultan témoigne sur les monstruosités de l'islam et appelle au réveil de l'Occident


Wafa Sultan tire à boulets rouges sur l'islam


Robert Spencer démonte l'Islam - sous-titré [1/3]


Robert Spencer démonte l'Islam - sous-titré [2/3] 


Robert Spencer démonte l'Islam - sous-titré [3/3]


Une Marocaine courageuse dit ses quatre vérités sur le royaume marocain et l'islam

Encore une fois, mon seul but est de dire la vérité et dénoncer les mensonges. J'ai étudié l'islam et je continue à étudier cette religion politique qui est tout sauf démocratique. D'ailleurs, les droits de l'homme n'existent pas dans les pays islamiques. A la place ils ont les droits de l'homme en islam (ce qui n'a rien à voir).
Si nos gouvernements veulent imposer la charia (la loi islamique) en France et que la majorité des français est d'accord, je n'ai pas de problème avec ça. J'ai déjà prévu de me retirer en Asie (sans doute aux Philippines). Vous avez aussi le choix entre la Chine et la Russie, 2 pays qui résistent toujours à l'islam.
Lorsqu'il a fallu quitter l'Algérie française, c'est 1 million de personnes qui ont fuit vers la métropole (et 200.000 personnes disparues).
Lorsque nous aurons compris que la France sera définitivement devenue une république islamique, c'est plus de 20 millions de personnes qui partiront. Ceux qui resteront deviendront soient des musulmans, soit des sous-hommes (des dhimmis).
Dans tous les partis politiques (le PS, les Républicains,le PCF, le FN, EECLV, etc.), j'ai noté qu'il y avait des élus qui dénonçaient l'islamisation de la France. Mais j'ai aussi noté que nos élites et nos responsables politiques ne faisaient rien contre ça, bien au contraire. Ont-il été acheté ? Franchement, ce n'est plus mon problème, mais cela va devenir le problème de tous les français.
Pour ma part, je n'ai aucun problème avec l'islam. Je reconnais que c'est une religion guerrière (c'est dans le coran) qui vise à dominer le monde, ce qui va sans doute arriver, mais vu mon âge, je ne serais sans doute pas là pour voir ça.
Concernant l'avenir de l'humanité, il y aura un conflit entre l'islam et le reste du monde et l'un des deux devra s'effacer.
Pour ma part, j'ai une seule religion, la religion de l'amour et de la paix, l'érologie. Et parfois, je me prends à espérer que c'est ma religion qui triomphera.

L'avenir est incertain, mais il me plait de penser que nous pouvons encore le modifier.
Thierry Cumps, informaticien et écrivain


A lire : Mireille Vallette s’entretient avec le bloggeur algérien Aldo Sterone

1 commentaire: